Blog

Bilan perso, projet pro.

Faire son bilan professionnel

Tandis qu’un grand nombre de personnes recherchent un emploi,  d’autres souhaiteraient quitter le leur ou créer une activité indépendante. Pourtant, rien ne se passe comme on l’aimerait. Pourquoi cela est-il si difficile, alors qu’il existe des postes non pourvus et des besoins non satisfaits ?

La réponse est dans la problématique globale, dont les causes sont de 3 ordres :

  1. On ne se connaît pas assez,
  2. On n’évalue pas bien ses compétences,
  3. On ne connaît pas le marché.

Le moment est venu pour vous de faire votre bilan professionnel.

QUE VOULEZ-VOUS VRAIMENT ?

Bien se connaître est le travail de toute une vie, d’autant que lorsqu’on s’aperçoit qu’on y est à peu près parvenu, on commence à changer.

Le bilan professionnel offre l’occasion de s’interroger sur soi. Apparaissent alors des potentialités qui peuvent sembler contradictoires : « Je suis doué(e) pour le dessin mais j’aime aussi organiser des activités ». « J’aime échanger avec les gens mais j’ai besoin de solitude ». « Ce qui me passionne, ce sont les chevaux mais est-ce un métier rentable ? »

Trouver votre place consistera à trouver l’emploi et le secteur dans lesquels exprimer les plus importantes de vos spécificités.

Bien vous connaître professionnellement, c’est identifier les 20 % d’activités qui constituent depuis toujours 80 % de votre satisfaction professionnelle.

Pour les connaître, il faut en faire l’inventaire et les hiérarchiser.

LES TESTS DE PERSONNALITE

Il existe sur internet un grand nombre de tests de personnalité, certains excellents, d’autres plus fantaisistes. Pourtant, mêmes les plus inexacts sont utiles : savoir qui l’on n’est pas est un bon moyen de savoir qui l’on est.

IDENTIFIER VOS COMPETENCES PROFESSIONNELLES

Comme la plupart des personnes qui effectuent leur bilan professionnel, avez-vous du mal à identifier vos compétences clés ? Peut-être, ne  savez-vous pas les évaluer et  encore moins comment les transférer à une autre activité, un autre secteur ou un autre métier ?

Vous connaissez en général celles que vous mettez en œuvre quotidiennement  mais vous oubliez celles qui n’ont pas fait l’objet d’un apprentissage professionnel, celles que vous avez acquises en faisant.

Tout le monde sait bien qu’un enfant d’agriculteur peut conduire un tracteur à 12 ans. Devenue adulte, cette personne sera plus à l’aise qu’une autre avec tout type d’engin : une pelleteuse, un camion.

Un enfant de commerçant saura très jeune comment s’adresser à un client. Les capitaines d’équipe de sport ou les animateurs de groupes de jeunes acquièrent très vite des compétences qui feront bientôt des managers ou des manageuses nées.

VOS COMPETENCES NATURELLES

Les compétences que vous avez mises en œuvre en dehors de vos études ou de vos formations en disent souvent plus long sur vous que votre CV.  Elles parlent de vos orientations naturelles, celles qui vous correspondent vraiment.

Vous avez organisé des voyages ? Présidé une association ? Passé votre adolescence devant des jeux vidéo ? Derrière ces activités de loisir se cachent des aptitudes réelles.

CONNAITRE LE MARCHE

Mis à part les professionnels, il est rare de rencontrer des personnes qui connaissent le marché du travail.

Qu’il s’agisse de trouver un emploi salarié ou de vendre des prestations indépendantes, la problématique est la même : nous avons du marché du travail une vision ancienne, inexacte et très incomplète.

Savez-vous que le marché des offres d’emploi ne représente que 30 % environ des recrutements ? 70 % des embauches se font par relation, contact direct, et ne font jamais l’objet d’annonces publiques.

Connaître le marché semble être une démarche compliquée alors qu’elle est assez simple. Vous trouvez sur internet toute l’information souhaitée. La difficulté réside dans la compréhension de la manière dont l’information est organisée. La démarche nécessite une méthode.

DES SOURCES D’INFORMATIONS VARIEES

Les marchés sont organisés par secteurs d’activités. C’est dans ce cadre que les acteurs s’organisent. Il existe de nombreuses sources de renseignements sur les besoins en compétences : les instances et les organismes publics tels que le ministère du travail, la direction du travail et de l’emploi, (DIRECCTE), Pôle Emploi, les journaux spécialisés ou non, des associations (APEC), certains think tank, les professionnels spécialisés dans le recrutement et la formation, les sites de recrutement, le site douyoubuzz.com qui diffuse votre CV en ligne, etc.

Les branches professionnelles, les OPCA, les régions, les départements, les communes, diffusent de l’information sur les besoins en compétences et sur leurs projets. Certains produisent des études prospectives. 

La liste n’est pas limitative. Le site « Le Bon Coin » publie des annonces et réalise de beaux scores dans le domaine. Certains grands organismes (banques, assurances), mettent leur réseau à la disposition de leurs candidats.

Votre premier objectif, si vous voulez vous y retrouver, est de faire l’inventaire de tous ces acteurs de votre secteur afin d‘identifier les plus importants, les plus agissants.

TRANSFERER SES COMPETENCES

Le marché du travail est segmenté, c’est-à-dire organisé selon une logique de secteur professionnel, animé par les branches professionnelles et les partenaires sociaux : le secteur de la formation n’est pas celui des machines à commande numérique  ni celui des transports, et celui de la construction de maisons individuelles pas celui des travaux publics.

C’est à vous de rechercher dans différents secteurs et différents métiers les compétences qu’il propose : si vous êtes expert comptable ou informaticien(ne) dans le secteur de la banque, vos compétences peuvent-elles intéresser d’autres secteurs ? Si vous êtes formateur (trice)  en informatique, dans quels secteurs pouvez-vous travailler ? A vous de le dire et de faire preuve de créativité : associer des compétences éprouvées à des activités nouvelles est une garantie de réussite.

MARCHE OUVERT/MARCHE CACHE

70 % du marché du travail est un marché « caché » : il ne fait jamais l’objet d’annonce publique de recherche de candidats. Les recrutements se font à partir des offres de candidatures spontanées faites à l’entreprise et surtout, par réseau : réseaux physiques (participations à des activités ou à des associations locales ou professionnelles) et réseaux sociaux.

LES RESEAUX

Les réseaux professionnels sont connus, à vous de les identifier en fonction de votre secteur et de votre métier.

Les réseaux sociaux parmi les plus fréquentés sont LINKEDIN, VIADEO et TWITTER.

Le site https://www.doyoubuzz.com/fr/ permet quant à lui de réaliser un CV en ligne et d’y inclure des mots-clés. Ces mots clés sont utilisés par les recruteurs pour trouver des compétences ciblées : responsable qualité produits frais, formateur en graphisme, et bien sûr toute spécificité. Plus elle est rare, plus il convient de la signaler.

TWITTER propose une fonctionnalité très intéressante : la constitution de listes. Vous pouvez rechercher sur TWITTER des profils qui correspondent à vos recherches et les organiser par listes. Vous pouvez aussi consulter les listes de ceux qui vous suivent. Vous recevrez alors quotidiennement les publications de ces comptes que vous pourrez alors mieux connaître et contacter. Si vous twittez ou retweetez des informations professionnelles, vous donnez à voir qui vous êtes et ce que vous pensez. Attention à contrôler ce que vous écrivez car c’est votre image que vous servez ou que vous desservez.

LES MOTIVATIONS DES RECRUTEURS

Il existe schématiquement 3 grand types de motivations à recruter :

  1. Le poste à pourvoir est temporaire, Il peut s’agit d’un surcroit d’activité, du remplacement d’une personne vacante pour une période limitée, d’un projet dont on ne sait pas encore quel développement il aura.  Ce recrutement temporaire peut se faire par intérim, on peut aussi employer un stagiaire ou une personne en contrat court.
  2. On souhaite un recrutement pérenne. Il s’agit alors de trouver un candidat qui partage la vision du métier car on souhaite qu’il reste dans l’entreprise, au moins quelques années.
  3. On recherche une personne jeune ou une personne expérimentée : jeune, car elle restera dans l’entreprise et grandira avec elle ou ayant de l’expérience pour être opérationnelle immédiatement.

Vous séduirez d’autant mieux un recruteur que vous aurez réalisé votre bilan professionnel avant de postuler. Vous vous connaitrez mieux, saurez ce que vous voulez et paraîtrez plus clair (e), plus décidé (e).

LES MOTIVATIONS DU CANDIDAT

Il existe de vraies et de fausses motivations. Les vraies motivations sont celles qui produisent du plaisir, ce sont nos passions. Elles correspondent à qui l’on est vraiment, à nos valeurs, notre conception du métier et donnent du sens à nos actions : « Je souhaite travailler dans votre entreprise parce que vous êtes un opérateur industriel engagé dans la protection de l’environnement. Etant jeune, je voulais travailler dans l’environnement mais j’ai pensé ensuite qu’il était plus utile de travailler dans un secteur qui propose des améliorations techniques protectrices de l’environnement ».

Une étude récente montre que 70 % des salariés, en France, travaillent pour gagner leur vie et n’y trouvent pas forcément matière à passion. Il est donc très légitime de n’avoir pas d’autre motivation.

AVOIR UN VRAI PROJET PROFESSIONNEL

Pourquoi est-il nécessaire d’avoir un vrai projet professionnel ? Parce que le critère de recrutement majeur est la motivation. Or, il n’est pas possible d’être motivé pour un projet flou ou irréaliste. Si vous n’êtes pas clair(e), c’est cette confusion qui apparaîtra lors du premier contact avec le recruteur ou le prospect. Or, entre deux candidats, à compétences égales, voire un peu moins bonnes, c’est le plus motivé qu’on choisira.

Retrouvez dans notre dossier thématique « Bilan perso, projet pro », l’ensemble de la méthode et des outils pour réaliser votre bilan professionnel et préparer un nouveau projet professionnel.

Bilan personnel, projet professionnel

Pour aller plus loin…

Téléchargez gratuitement des informations sur les marchés en cliquant sur les liens ci-après :

Le rapport du réseau EMPLOI COMPETENCES animé par FRANCE STRATEGIE
« Renforcer les capacités des entreprises à recruter »

REGION JOB
Les besoins de main d’œuvre

APEC
Observatoire emploi

POLE EMPLOI
Observatoire emploi
Marché du travail

SCOP.IT
Le marché de l’emploi à Nantes et ailleurs

CHALLENGE
Les secteurs qui vont recruter en 2018

LE PARISIEN
Pourquoi 2018 sera l’année de l’emploi
Le marché de l’emploi vu par les DRH

CARIF OREF
Le réseau CARIF OREF
Orientation pays-de-la-Loire

L’OBSERVATOIRE EUROPEEN DES THINK TANKS
Les leaders de 2017

ETUDE PROSPECTIVE SUR L’EVOLUTION DES EMPLOIS DANS L’INDUSTRIE 20012/2020

 

Cliquez sur l’image pour ouvrir le document

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>